Un professeur en Arts, lettres et communication récipiendaire de la bourse Images pour la paix

Cégep de Sorel-Tracy, Programme

Sorel-Tracy, le 16 novembre 2020. – Luc Gélinas est professeur de cinéma et photo au programme Arts, lettres et communication du Cégep de Sorel-Tracy depuis 2006. Dernièrement, il s’est vu décerner la prestigieuse bourse Images pour la paix dans le cadre de sa recherche doctorale en Histoire de l’art, Cinéma & jeu vidéo à l’Université de Montréal.

Plus précisément, sa recherche porte sur La narration poétique de la maison au-delà des frontières chez Théo Angelopoulos, Krzysztof Kieslowski et Andrei Tarkovski.

Après évaluation de son dossier de candidature par un comité de professeur(e)s, le département d’Histoire de l’art et d’études cinématographiques lui a octroyé ex aequo la bourse Images pour la paix, d’une valeur de 5 000 $, soit 2 500 $ remis à chacun.

« Le jury a apprécié la mise en évidence des liens entre les thématiques de la recherche et celles de la bourse Images pour la paix ».

De toute évidence, le Cégep de Sorel-Tracy regorge de talents! Que ce soit les étudiants qui s’y démarquent ou le corps professoral qui se distingue, le Collège se voit fier de souligner les mérites et de démontrer l’apport significatif de tous ceux qui contribuent notamment à faire de lui, une institution d’enseignement de qualité.

 

– 30 –

 

Source : Mélanie Lavallée
Conseillère en communication
Cégep de Sorel-Tracy
450.742.6651 poste 2207
melanie.lavallee@cegepst.qc.ca

 

Crédit photo : INIS

 

Voici le court résumé de sa recherche doctorale :

La narration poétique de la maison au-delà des frontières chez Théo Angelopoulos, Krzysztof Kieslowski et Andrei Tarkovski.

« Qu’est-ce qui ne va pas avec la paix ? Pourquoi son inspiration ne dure pas [?] », disait le vieil Homère dans Les ailes du désir de Wenders. Les frontières internes. Considérée comme un point fixe, la maison incarne assurément la base familiale. Toutefois, dans Essais et conférences, chapitre « Bâtir-habiter-penser », Heidegger démontre que la maison doit être abordée en tant que monde plutôt qu’un produit de construction. Mais cette quête de la maison interne devra nécessairement émerger par l’abolition des frontières. Frontières qui nous confinent dans un territoire sur le plan géographique, mais également sur le plan idéologique. C’est ce que ma thèse démontrera : comment les protagonistes de mes cinéastes tentent de s’affranchir de certaines frontières afin de rebâtir leur maison interne pour se réunifier avec le monde. Peut-être alors que la paix se racontera-t-elle par la narration poétique de la maison ? Ce socle qui maintient l’être humain en équilibre.