Les années 1930 et 1940

Retour au menu

 

 

 

 

 

 

La Bolduc (1894-1941) : Gaspésienne, auteure-compositeure-interprète découverte aux Soirées du bon vieux temps, elle chante les misères et les joies des gens ordinaires sur des airs turlutés. Dans le contexte difficile des années 1930, boudée par l’élite intellectuelle, Mary Travers, surnommée « La Bolduc », réussit à percer et à enregistrer plusieurs disques. Ses tournées de spectacles l’amènent dans toutes les régions du Québec et de la Nouvelle-Angleterre. Puisant d’une main à la tradition musicale du Canada français et de l’autre, à la modernité amorcée par l’industrialisation, elle devient la première grande vedette au Canada.

Ça va v'nir, découragez-vous pas (1930)

 

Site officiel : http://www.labolduc.qc.ca/   

 

L’Abbé Charles-Émile Gadbois (1906-1981) : prêtre, musicien et folkloriste, il développe au Québec, à la fin des années 1930, le répertoire de La bonne chanson pour sauvegarder notre langue et notre culture face à l’envahissement américain et pour résister aux rythmes lascifs du répertoire français. 
Véritable « antidote musical », les recueils de La bonne chanson connaissent un immense succès : 500 chansons en 10 recueils, 30 millions d’exemplaires vendus en 18 ans. On y retrouve : Ah! Si mon moine voulait danser, V’là le bon vent, Le bon roi Dagobert, Isabeau s’y promène, Margoton, Youppe! Youppe sur la rivière, J’ai du bon tabac et 493 autres! Les thèmes récurrents sont la patrie, la guerre, la religion, l’amour, la maman, Noël, le village, le chez-soi natal ainsi que les us et coutumes. 

Pour son 
premier album éponyme, le Franco-Ontarien, auteur-compositeur-interprète, Damien Robitaille (né en 1981) rend en partie hommage à La bonne chanson

       

Dans l'horizon je vois l'aube (2006) : http://info.audiogram.com/damien_robitaille_dans_lhorizon_je_vois_laube/

Site de La bonne chanson : http://chsth.com/bc/accueil.html                  

Site officiel de Damien Robitaille : http://damienrobitaille.com/  

 

Alys Roby (1923-2011) : Née à Québec, elle est la première artiste du Canada à devenir une vedette internationale. Polyglotte, elle traduit elle-même les textes de ses chansons à saveur latino-américaine. Au sommet de sa gloire à 28 ans, elle sombre dans la dépression et subit une lobotomie à laquelle elle survivra miraculeusement. Bien qu’elle remontera sur scène, la grande dame ne parviendra jamais plus à se tailler une place à la mesure de son talent. La chanson Alys en cinémascope (1979), interprétée par Diane Dufresne, lui rend hommage, comme l’avait fait avant Tino Rossi. Le film Ma vie en cinémascope relate les différentes périodes de la vie de cette grande vedette québécoise.

Un incontournable : Tico Tico (1944)

Chica chica boum chic (1945) : https://www.youtube.com/watch?v=xLrZV0-2J7g 

Site officiel : http://ladyalysrobi.com/